Make your own free website on Tripod.com

L'accordéon, diatonique et chromatique...


Accordéon diatonique mod. Graet e Breizh


Vaste tache que de définir l'accordéon, cet instrument aux multiples facettes... Commençons par un peu d'histoire : voici le petit acte de naissance que j'ai écrit pour Wikipédia :
Comme beaucoup d'instruments modernes, l'accordéon est né du foisonnement d'inventions au début du 19ème siècle.
Le principe de l'anche libre, découvert et utilisé avant notre ère en Chine et au Laos, a été rénové et employé dans un grand nombre d'instruments nouveaux tel l'harmonium, l'accordéon ou l'harmonica qui existent toujours à notre époque (quoique, pour l'harmonium, avec peu d'avenir...). D'autres instruments ont eu moins de chance et ne nous ont laissé que des raretés dans des musées, et des noms au charme désuets : harmoniflûte, aeoline, flûtina...
Nous devons le nom "accordéon", ou plutôt "accordion" à Cyrill Demian (brevet de en 1829) mais l'instrument à anches libres qu'il a inventé devait son nom au fait que chaque touche produisait un accord (différent selon le sens du soufflet) : accord-éon, instrument qui produit des accords.
Le principe est néanmoins posé par son invention, un instrument petit, avec un soufflet et des touches... Il va rapidement être copié et modifié (chaque touche ne donnant plus qu'une note pure et non un accord) par d'autres inventeurs ou constructeurs d'instruments de musique, son succès va être fulgurant !
Comme dit ci-dessus, l'accordéon est né bi-sonore, c'est à dire qu'une touche produit une note différente selon qu'on pousse ou tire sur le soufflet. L'instrument est ainsi léger et compact, le nombre de pièces de précision (les anches et plaquettes) réduit, et sa sonorité grandement favorisée par la proximité des notes sur les sommiers et le peu d'anches mises en jeu.

D'un point de vue organologique, nous pouvons dire que l'accordéon est un instrument de musique à vent, ce vent étant produit par un soufflet actionné par le musicien. Celui-ci appuie sur des touches qui laissent passer l'air à travers des anches métalliques, appelées anches libres. Une définition proposée par le GAM (1972) :
L'accordéon est un instrument à clavier utilisant des anches libres, excitées par un vent variable, celui-ci étant fourni par un soufflet actionné par le musicien lui-même.
L'accordéon diatonique fonctionne un peu comme un harmonica : lorsqu'on appuie sur un bouton en poussant le soufflet, on obtient une note, et lorsqu'on tire sur le soufflet (avec le même bouton enfoncé), on obtient une autre note... Il y a donc deux notes par bouton, ce qui explique (en partie) sa petite taille : n'a-t-il pas besoin de deux fois moins de boutons que son grand frère, l'accordéon chromatique ?

Effectivement, l'accordéon chromatique, lui, donne la même note quel que soit le sens du soufflet lorsqu'on pousse un bouton. Mais son nom de chromatique nous indique surtout qu'il possède toutes les notes de la gamme chromatique (12), incluant "les touches blanches et les touches noires du piano"...

Vous voulez dire que l'accordéon diatonique n'a pas toutes les notes ???? Ben, oui, enfin, ça dépend... Je m'explique. Ce que nous appelons actuellement un accordéon diatonique est en fait un instrument bi-sonore (une note en poussé, l'autre en tiré), qui n'a, à l'origine, qu'une gamme diatonique (les touches blanches du piano) sur une rangée. D'ou son nom - dans ce cas-ci correct - de diatonique... Or, me direz-vous, il y a souvent deux rangées de boutons, voire trois, sur les "diatos". Et si on a deux rangs, dans deux tonalités différentes, il y a déjà quelques altérations (dièzes ou bémols, touches noires du piano). Et en plus, tout en haut du clavier, on a souvent deux boutons, donc 4 notes, qui sont les altérations du centre du clavier. D'accord, ce n'est pas très commode à utiliser. De plus en plus, la troisième rangée comporte les altérations qui manquent aux deux autres (rangées), et de ce fait il devient un accordéon chromatique (puisqu'il a toutes les notes de la gamme chromatique, soit les touches blanches + noires du piano) mais bi-sonore. Et il nécessite quand même moins de touches que son "grand frère", le chromatique unisonore.


L'accordéon diatonique est l'appellation plutôt erronée d'un instrument qui devrait s'appeler "accordéon bi-sonore", car chaque bouton produit 2 sons différents suivant le sens du soufflet. Le terme "diatonique" n'est exact uniquement lorsque cet accordéon n'a qu'une seule rangée de boutons, une gamme diatonique exclusivement. Sinon, lorsque l'accordéon bisonore a 2 ou 3 (voire 4) rangées de boutons, il n'est plus diatonique car il a des altérations. Certains sont même entièrement chromatiques, c'est à dire qu'ils ont les 12 notes de la gamme chromatique : do, do#, ré, mib, mi, fa, fa#, sol, sol#, la, sib, si. C'est le cas des bisonores 2 rangs système irlandais, en si/do, do#/ré par exemple.

L'accordéon chromatique est unisonore, car chaque bouton produit le même son quel que soit le sens du soufflet.
Il se décline en plusieurs systèmes, et avant tout en deux systèmes de claviers "main droite" distincts :
  • Le clavier à touches "piano", comme son nom l'indique, le clavier de main droite est un clavier type piano,
  • Le clavier touches "boutons", qui a 3, 4 ou 5 rangées de boutons à la main droite. seules les 3 premières rangées sont indispensables, les éventuelles 4ème et 5ème rangées ne sont que des rappels de la première et deuxième, pour des raisons de facilité de doigtés et de transposition.
Deux systèmes de basses existent principalement pour les accordéons chromatiques :
  • - les basses composées, ou vous trouvez une basse, puis son accord majeur, l'accord mineur, l'accord de septième de dominante, celà dans toutes les tonalités, avec des rappels de basses et d'accord en divers endroits du clavier. c'est un système très logique et efficace pour un accompagnement relativement riche, mais il n'est pas possible de faire tous les accords existants, notament en jazz ou en musique contemporaine.
  • - le système basses chromatiques, accordéon de concert : le clavier des basses reproduit à l'identique le clavier main droite d'un accordéon à touches "boutons", ce qui permet de créer tous les accords possibles et imaginables dans la limite des doigts disponibles, et de jouer des contrechants, fugues...
  • - le système mixte, ou encore basses chromatiques à convertisseur, permet au moyen d'un déclencheur de passer du système "basses composées" au système "basses chromatiques".
L'harmonéon est un accordéon de concert (donc à basses chromatiques) dont les boutons de main gauche (les "basses" donc) sont de la même taille que ceux de la main droite, pour permettre un jeu plus aisé : le but est de pouvoir jouer avec la même aisance les pièces pour piano.


Cette page est (toujours...) en cours d'élaboration. (Mais ça avance !!! .)

Occasions : la page des accordéons d'occase...

Téléchargez plein de tablatures pour accordéon diatonique !

NouveauTrucs et astuces pour accordéon --- FAQ --- extraits sonores en RealAudio et MP3

En flânant, voici quelques liens concernant l'accordéon diatonique, la Bretagne et la musique Trad que j'ai visités...

Une question ? Laissez-moi un message.     Revision du site     Dernière mise à jour :


Séparateur


Page d'accueil --- Les accordéons diatoniques B.Loffet --- FAQ --- Extraits sonores des accordéons B. Loffet --- ARIV - Atelier des Instruments à vent
Tablatures pour diato --- Trucs et astuces pour accordéons --- Location d'instruments --- Occasions --- Bernard Loffet --- Liens --- Mes coups de coeur...
Gama Cases --- Recueils de partitions et tablatures --- Daniel Lafontaine --- Francis Gloton --- Grand bal de l'Europe --- Expositions de lutherie

Séparateur